CARNETS DESCARTES

De la pharmacovigilance à la pharmacosurveillance

Au-delà de la gestion des effets indésirables survenant dans les conditions normales d’utilisation des médicaments, il est important de prendre en compte l’ensemble des erreurs se manifestant à tous les niveaux du circuit de la prise en charge thérapeutique. Depuis la prescription et la délivrance jusqu’à l’administration des médicaments, les causes d’erreurs sont très nombreuses : confusion entre noms de médicaments, défaut d’étiquetage, défaut d’information, conditionnement inadapté, … En revanche, une fois identifiées, ces erreurs avérées ou potentielles, peuvent être corrigées. Selon l’American Heart Association, une moyenne de une erreur médicamenteuse se produit par patient hospitalisé et par jour. Les services de soins intensifs exposent à un risque élevé d'erreur médicamenteuse, particulièrement pour les patients présentant des pathologies cardiovasculaires aigues, la lecture du bilan publié dernièrement dans la revue Circulation permet d’en prendre la mesure.
Le recours à une technologie de traçage par code-barre associée à un système électronique de gestion des prescriptions est analysé dans le New England Journal of Medicine. Cela devrait permettre  de limiter toutes les procédures de saisie et de transcription papier. L’objectif étant de s’assurer que le bon médicament est administré à la dose correcte au bon moment et au bon patient ! Durant 9 mois, une équipe a étudié le taux d'erreurs liées à la transcription des prescriptions et l'administration des médicaments dans 35 services de médecine, chirurgie et soins intensifs dans un hôpital américain. Durant cette période, les médecins ont prescrit 1,7 millions de médicaments et les infirmières ont administré 5,9 millions de doses. La mise en place d’un système de code-barre a permis de diminuer les erreurs d’administration de 41,4% (11,5% sans code-barre vs 6,8% avec code-barre), les erreurs de timing ont diminué de 27,3%. Par ailleurs, les erreurs de transcription qui survenaient dans 6% des cas ont totalement disparu. Enfin, les effets indésirables qui résultaient de ces erreurs sont passés de 3 ,1% à 1,6%. Ces améliorations sont comparables à celles observées lors de la mise en place antérieure dans cet hôpital de systèmes informatisés de commande auprès de la pharmacie.
Les technologies de surveillance électronique du médicament commencent à se développer, en particulier dans le circuit de la distribution depuis les zones de production vers les lieux de dispensation. Des puces RFID (Radio Frequency IDentification) placées dans les emballages, permettent de détecter automatiquement les différents mouvements ainsi que les conditions de conservations tout au long de la chaîne logistique. Certains médicaments particulièrement exposés à des contrefaçons (Viagra®) pourraient tirer profit de l’utilisation des systèmes RFID. Bientôt, il sera possible de savoir, si un patient s’est fait délivrer les médicaments qui lui ont été prescrits, s’il en a ouvert l’emballage et à quelle heure. Ainsi le parcours du médicament depuis le fabricant jusqu'au patient sera entièrement surveillé!
Effect of Bar-Code Technology on the Safety of Medication Administration. New Engl. J. Med. 2010, 362:1698-1707

Commentaires

Articles relatifs

Ocytocine: neuropeptide prosocial ?

Ocytocine: neuropeptide prosocial ?

L'ocytocine semble de plus en plus...
Quand la recherche clinique devient "Notre" recherche clinique
Les essais cliniques et les réseaux sociaux

Les essais cliniques et les réseaux sociaux

Les patients sont devenus grâce aux...
  • http://carnets.parisdescartes.fr/blog/view/11172/.elgg-nav-collapse