CARNETS DESCARTES

Les Carnets 2, Pratiques numériques et apprentissage en réseau, Pour une université augmentée


Communication présentée le 18 mai lors des Journées numériques 2010 disponible également au format vidéo

SCHWARTZ Jean-Claude, Médecin généraliste, Département de médecine générale, Faculté de médecine, université Paris Descartes, schwartzweb[at]gmail.com , MAHEO Sophie, Ingénieur en technologie de la formation, Direction de l’Informatique et des Systèmes d’Information, Département Technologies de l’Information et de la Communication au service de l’Enseignement, 45 rue des Saints-Pères 75006 Paris, sophie.maheo[at]parisdescartes.fr


 

Les Carnets 2,image

Pratiques numériques et apprentissage en réseau

Pour une université augmentée

L’Université Paris Descartes propose à ses membres, dans une logique de partage de communautés de travail, un réseau social pédagogique : Les Carnets2. Reposant sur Elgg, logiciel libre (élu Best Open Source Social Networking Platform 2008 et utilisé par de nombreuses universités anglophones dont Brighton, Harvard, Princeton), celui-ci constitue aujourd’hui une solution originale et complète qui revisite communication et pédagogie. Ces pratiques virtuelles sont porteuses d’innovations qui retentissent sur l’université elle-même, comme sur ses acteurs.

 

Réseau social, communication et pédagogie

En ligne depuis 2006, géré et animé par le département TICE[1] de la DISI[2],  ce réseau regroupe les profils et les publications des personnels administratifs, enseignants-chercheurs et des étudiants. Pour répondre aux diverses demandes pédagogiques, l’université a également choisi d’utiliser Elgg comme Framework de développement proposant ainsi des dispositifs spécifiques supplémentaires à certains utilisateurs.

 

Un cadre éditorial au service d’un creuset universitaire

 

A la fois outil intégré à l’ENT et disposant d’un accès externe (http://carnets.parisdescartes.fr), le réseau des Carnets se construit par la production de contenus personnels ou collectifs s’inscrivant dans plusieurs thèmes de publication. En mode déconnecté il s’apparente ainsi à un journal participatif présentant la communauté universitaire pensant et agissant. La contribution s’organise à partir de plusieurs supports web2.0 (articles, événements, favoris web) à charge pour chacun de choisir un contexte de publication.

Les « je » de Paris Descartes, sont ainsi engagés (les auteurs sont responsables de leur contenu, même si la plateforme est modérée) dans une démarche d’écriture de soi (écriture de la pratique et de l’expérience) valorisant les compétences des acteurs de l’université. Il s’agit pour l’université de proposer une éducation au numérique : formation à la publication et la gestion de son identité numérique, mise en pratique des réflexions que la formation C2I donne. Les enseignants peuvent également diffuser des réflexions libres sur leur recherche et y intéresser les jeunes étudiants.

Des communautés en réseau modulables

Plusieurs équipes pédagogiques souhaitent doter leurs étudiants de portfolios intégrés aux Carnets permettant de gérer la progression dans leurs apprentissages, valoriser leurs compétences ou expérience, faire le point sur leurs acquis, faire valider leurs compétences.


Les enseignants de la Faculté de médecine, particulièrement, souhaitent aujourd’hui disposer d’un outil en ligne (en remplacement des carnets de compétences papier), facile à utiliser et accessible de partout, permettant une gestion fine des droits d’accès, pouvant diffuser des contenus éventuellement protégés et assurant la validation progressive, par les tuteurs, de compétences documentées des étudiants. Une publication pédagogique encadrée, qui contribuera en outre à la description des pratiques et des terrains (export transversal possible des données rendues exploitables pour la recherche).

Cette solution sera généralisée dès la rentrée d’octobre 2010 pour l’ensemble de la Faculté. Elle pourra profiter à d’autres UFR et permettra de suivre les stages des étudiants en entreprise, en association, en laboratoire, en hôpital ou chez un praticien, en France comme à l’étranger.

L’ensemble de la production s’inscrit donc dans un même réseau, Les Carnets, composé de briques applicatives diverses. Une plateforme CASifiée, s’appuyant sur une base LDAP.

 

Pratiques virtuelles en réseau et réalité universitaire

Une dynamique innovante résolument au service de la réussite étudiante et de la visibilité de la recherche et qui profite à l’université.

Social Learning, implication et motivation de l’étudiant

Les usages et les interactions sociales permises par ce dispositif réflexif, même en dehors d’un suivi par un enseignant, permettent une construction sociale de l’étudiant. Invité à prendre part à des communautés de recherche, thématiques, associatives, il peut développer des stratégies personnelles de présentation (une identité numérique active).

Acteur et contributeur, il s’investit plus et au-delà de sa production imposée, est amener à aider et guider ses pairs, découvrir les étudiants au-delà de sa composante. Il devient tuteur ENT ou C2i, assistant TICE, co animateur de communauté, s’investit dans la vie associative et politique de l’université.

Cette dynamique centre l’apprentissage sur l’apprenant, une nouvelle forme de e-learning qui induit une collaboration entre apprenants à l’initiative de l’enseignant qui anime et modère les échanges entre apprenants. Plus proche d’un tutorat personnalisé elle s’apparente ainsi à du coaching d’apprenants.

Université et territoire numérique

Le réseau des Carnets valorise les compétences de tous les acteurs de l’université et leur implication dans des réseaux métier et de recherche. Il harmonise les différents lieux d’apprentissage, universitaires ou en mobilité.
Il combine légitimité académique (publication à une adresse institutionnelle) et industrie de la recommandation (les utilisateurs reconnaissent la légitimité des contenus d’un auteur des Carnets en choisissant ou non de s’abonner à la production de celui-ci).



Un réseau social propre à l’université et ouvert sur le web constitue donc un élément d’une stratégie numérique plus globale. Il ouvre ses membres vers un territoire numérique plus vastes dans lequel ceux-ci peuvent emporter leurs contenus et/ou participer à distance. L’université se rend présente là où sont ses acteurs chez eux, au travail, dans le métro ou l’autobus, en mobilité et dans leurs ailleurs numériques. 

 

Le développement des Carnets 2 est réalisé dans une optique de mutualisation et de partage. L’université s’est impliquée pour cela, aux côtés notamment de l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et de la Fondation Internet Nouvelle Génération, dans l’animation d’une communauté d’utilisateurs francophones du logiciel Elgg. Un moyen également d’échanger avec l’équipe de développement basée en Angleterre, et de soutenir les demandes et besoins spécifiques de la communauté francophone et de créer un lien avec les universités utilisatrices.




[1] Technologies de l’Information et de la Communication au service de l’Enseignement

[2] Direction de l’Informatique et des Systèmes d’Information


Commentaires