CARNETS DESCARTES

Epidémiologie du XXIème siècle

(English version)

Le volume, la diversité, la rapidité et l'utilité des données disponibles dans le champ de la santé sont en train de transformer profondément le paysage de l'épidémiologie moderne. Khoury M et coll., un collectif d'épidémiologistes et de biostatisticiens nord-américains, viennent de publier en ligne, dans Cancer Epidemiol Biomarkers Prev (en date du 5 mars 2013, accès libre à la pré-publication, pdf en anglais), un article proposant huit recommandations majeures pour l'avenir de l'épidémiologie.

1. Ne plus restreindre l'épidémiologie à la recherche étiologique, mais inclure le développement et l'évaluation d'interventions en clinique et en population, la mise en place et la diffusion d'une recherche centrée sur le résultat en matière de santé ;

2. Ouvrir largement l'accès aux données, aux protocoles, aux échantillons biologiques, et favoriser le partage de l'information en santé, pour assurer la reproductibilité des travaux, leur réplication, et accélerer leur mise en oeuvre en pratique (traduction de "translation" ici) ;

3. Etendre le périmètre des cohortes aux études tout au long de la vie ;

4. Développer, évaluer et utiliser les nouvelles technologies destinées à mesurer des expositions et leurs conséquences à grande échelle, et pour évaluer les causes multifactorielles des maladies complexes ;

5. Intégrer la science des masses de données (traduction de "Big Data") dans la pratique épidémiologique, en développant des approches systématiques pour colliger, analyser, présenter, et interpréter les grandes masses de données complexes et de sources différentes ;

6. Promouvoir l'intégration des connaissances et la méta-recherche (méta-analyses, modélisation, aides à  la décision,...) pour mieux détecter les lacunes en matière de connaissance épidémiologique, pour contribuer au pilotage des appels d'offres en santé et éclairer les décisions publique ;

7. Transformer la formation des épidémiologistes, qui devront au XXIème siècle comprendre et recourir davantage à l'interdisciplinarité (en particulier, soulignent les auteurs, entre facultés de médecine et écoles de santé publique), aux analyses multi-niveaux, aux nouvelles technologies de l'information et de la communication ;

8. Optimiser l'utilisation des ressources nécessaires pour conduire des études épidémiologiques, en encourageant le recours aux ressources existantes (bases de données, cohortes,...) plutôt que la création de nouvelles, en intégrant les données de sources différentes et mises en place pour des motifs différents (par exemple : essais cliniques, bases de données de l'assurance maladie, registres de cancers), maximiser les retours sur investissement des études en cours, encourager les appels d'offres favorisant l'interdisciplinarité et la recherche translationnelle, construire des ressources transversales facilitant cette interdisciplinarité.

Plus que toute autre discipline, l'épidémiologie est en train d'être fortement impactée par l'immense débit d'informations qui noie littéralement le secteur de la santé. Les données produites aujourd'hui foisonnent en effet, sont peu exploitées et sont peu accessibles. Que ce soient celles de l'Assurance Maladie, des hôpitaux (avec le PMSI en France), des registres et cohortes de toutes natures (qui fleurissent ou parfois végètent), des données de mortalité des grands organismes de recherche et de l'Insee, des enquêtes transversales, des recherches cliniques et de plus en plus des informations issues des technologies embarquées, et des données récupérables de l'utilisation d'Internet par les patients, comme Google pour la surveillance de la grippe (éditorial dans Nature, le 13 février 2013, en anglais), et maintenant pour la pharmacovigilance (article du New York Times du 6 mars 2013, en anglais), l'épidémiologie de demain ne pourra plus en faire abstraction. L'avènement de l'ère et de la technologie autour des grandes masses de données, dites "Big Data", est une opportunité à saisir pour la communauté des épidémiologistes et biostatisticiens, mais aussi un défi majeur en termes de compétences, de ressources et de recherche.

Le train entre en gare, je crois qu'il nous faut y monter, amis épidémiologistes et biostatisticiens !

Blog d'Antoine Flahault (VF)

Blog d'Antoine Flahault (VF)

Blog d'Antoine Flahault, professeur de santé publique à la Faculté de Médecine Descartes, Sorbonne Paris Cité, d'accès public libre

Articles relatifs

Transforming Epidemiology for 21st Century

Transforming Epidemiology for 21st Century

Volume, variety, velocity and value from...
Etude juridique sur la protection des données scientifiques en accès libre

Etude juridique sur la protection des données scientifiques en accès libre

Le consortium européen ‘OpenAIRE’ a mis en ligne...
Appel à communications - Big data et pédagogie à l'université

Appel à communications - Big data et pédagogie à l'université

Projet de journée d'étude - Draft à discuter
BIG DATA : que fait l'Université ?

BIG DATA : que fait l'Université ?

11 juin . journée de rencontre et projets BIG...
  • http://carnets.parisdescartes.fr/blog/view/133098/epidemiologie-du-xxieme-siecle