CARNETS DESCARTES

Marcher ou Tweeter, il faut choisir !

(English Version)

On savait qu'utiliser le téléphone mobile ou envoyer des SMS en conduisant était un facteur de risque d'accident au volant, mais on découvre que notre addiction au portable en marchant dans la rue peut nous conduire droit aux urgences les plus proches. En effet, un article de Nasar J et Troyer D, de Ohio State University, paru dans le numéro daté du mois d'août 2013 de la revue Accident Analysis & Prevention (abstract et figures seuls disponibles en anglais), montre que les piétons, comme les conducteurs, voient baisser leur vigilance sur la voie publique lorsqu'ils utilisent leurs portables. Ils ont analysé les données de la US Consumer Product Safety Commission relatives aux traumatismes ayant conduit aux urgences hospitalières entre 2004 et 2010. Le nombre de traumatismes de la voie publique chez des piétons associés à l'usage du téléphone a presque triplé, passant de 559 en 2004 à 1506 en 2010. La courbe montrant l'évolution de ces d'accidents est parallèle à celle des mêmes traumatismes chez les conducteurs, mais celle des piétons a dépassé en 2010 celle des automobilistes.

Les lésions observées allaient de simples égratignures à de plus graves traumatismes crâniens avec fractures, et parfois décès. Les hommes et les jeunes (de moins de 31 ans) étaient les plus souvent impliqués. Le New York Times dans un article signé de Nicholas Bakalar le 28 juin dernier (disponible en anglais), rapporte les propos de Jack Nasar, premier auteur de l'article "Je pense que les parents devraient apprendre à leurs enfants à envoyer des texto avec plus de sécurité. Je leur suggère de leur rappeler de toujours regarder des deux côtés de la chaussée avant de traverser la route, et leur recommander, lorsqu'ils écrivent un texto ou qu'ils téléphonent avec leur portable, de s'arrêter sur le trottoir en se mettant sur le côté".

Il nous faut en effet apprendre à vivre au quotidien en apprivoisant mieux ces nouvelles technologies. Elles ne sont pas sans risque. Elles conduisent à l'hôpital plus de quatre piétons Américains par jour actuellement et presqu'autant d'automobilistes (parions, par une simple règle de trois, qu'il suffit peut-être de diviser ces chiffres par 5 pour estimer les statistiques en France, que je ne connais pas). On voit bien que le risque essentiel du téléphone portable, n'est pas tant celui associé aux ondes électromagnétiques (dont on n'a jamais pu encore prouver qu'elles avaient été à l'origine d'un seul trouble sévère), mais bien d'abord celui associé à la distraction qu'elle entraîne par son usage normal. D'autres travaux de recherche seront bienvenus, traitant d'autres questions qui se posent sur l'usage du numérique, par exemple dans les relations et les conditions de travail, fortement impactées aussi par l'envoi de messages électroniques.

Alors à vos tweets pour diffuser ce message de prudence, mais attention, ni au volant, ni sur le guidon, ni depuis le trottoir : restons donc sous la couette,... c'est de loin le moins dangereux !

Blog d'Antoine Flahault (VF)

Blog d'Antoine Flahault (VF)

Blog d'Antoine Flahault, professeur de santé publique à la Faculté de Médecine Descartes, Sorbonne Paris Cité, d'accès public libre

Articles relatifs

Les risques sanitaires du téléphone portable.

Les risques sanitaires du téléphone portable.

Archive : article à lire sur ...
Le SUDOC accessible sur mobile

Le SUDOC accessible sur mobile

La version mobile du catalogue Sudoc...
Brouiller les téléphones mobiles dans les voitures ?

Brouiller les téléphones mobiles dans les voitures ?

Notre addiction aux smartphones et autres mobiles...
  • http://carnets.parisdescartes.fr/blog/view/139835/marcher-ou-tweeter-il-faut-choisir