CARNETS DESCARTES

Faciliter l'apprentissage avec les méthodes et outils de conceptualisation

Déjà depuis 1990 J. Novak (puis d'autres après) à proposé une technique des "cartes conceptuelles". Cette technique consiste à organiser les concepts et les relier entre eux pour avoir une vision globale d'un phénomène, des relations entre les entités qui organisent ce phénomène... Pour voir un exemple, voici un lien vers une représentation de la théorie de Vygotsky.

En fait, si on remonte encore plus loin, il s'avère que les techniques de J. Novak reposent sur les recherches en psychologie cognitive qui se rapportent au fonctionnement de la mémoire à long terme. Effectivement, les premières recherches sur l'organisation des concepts proposaient que les concepts étaient catégorisés : il existe des mammifères, cette classe comprend les chiens, qui comprend les bichons...

Dès les années 60, Collins et Quillian proposent un modèle dans lequel les concepts sont stockés en mémoire sous la forme d'un réseau qui sont reliés ensembles. Quand on vous dit "rouge", vous pensez à "pompier" ; c'est donc que ces 2 concepts sont liés par une relation très forte. Évidemment, ces relations s'organisent dans le temps avec l'expérience : un enfant créera une relation très forte entre "rouge" et "pompier" mais ce même enfant qui s'oriente plus tard dans les disciplines de santé va enrichir ses relations et les concepts de "sang", de "lymphocyte", de "professionnels de santé"... toute cette organisation se ré-arrange au fur et à mesure des expériences.

 

Concrètement, comment utiliser cela en contexte d'enseignement ?

On peut proposer plusieurs usages de cette visualisation de concepts :

  • l'enseignant peut déjà utiliser cette technique pour projeter le contenu de son cours et expliquer à l'oral les relation entre les concepts
  • dans certains cas, pour certaines notions, il n'y pas pas de relation d'inclusion mais le contenu du cours se rapporte à une procédure, l'histoire de pratiques (par exple : l'histoire des soins dentaires, les outils des services hospitaliers, ...) donc cette technique n'est pas utilisable. L'enseignant peut alors utiliser cette technique en projetant en début ou en fin de cours l'organisation de son cours ; il l'utilisera pour consolider, organiser les concepts abordés
  • dans d'autres cas, on peut demander aux étudiants de produire ce type de représentations. A la fin du cours, on demande aux étudiants de réaliser une carte en 5 minutes de façon anonyme et l'enseignant les récupère pour qu'en début de cours suivant, il propose sa carte. Il voit ainsi les incompréhension des étudiants et peut y remédier.
  • on peut aussi demander aux étudiants de faire une carte à la fin d'un thème abordé en cours, après 3 ou 6 séances, ils voient ainsi la progression de leur connaissances, les ré-organisations successives
  • l'enseignant peut aussi demander aux étudiants de faire une carte en groupe sur une thématique. Par exemple, dans le cadre d'un suivi des stages hospitalier, les étudiants, en groupe de 3 ou 4, choisissent un thème (disons "la prévention des caries chez l'adolescent") et ils doivent ensemble construire une carte à partir de leurs expériences, des modèles théoriques, des préconisations...

Évidement l'usage de cette technique va dépendre des objectifs du cours.

 

Et finalement, comment faire une carte ?

De manière générale, on trouve 2 types de visualisation des concepts :

  • Cartes mentales ou heuristiques : à partir d'un concept principal, les autres concepts sont reliés de façon hiérarchique ; en voici un exemple :

Psychologie générale (plan)

  • Cartes conceptuelles : les différents concepts sont organisés en réseau, il n'y a pas forcément de hiérarchie entre les concepts mais les relations sont explicités (avec des thermes tels que "mène à", "implique que", "favorise", etc.) ; en voici un exemple :

About Concept Maps

 

Comme l'avait signalé Isabelle Eudes, il existe des ressources très bien faites pour comprendre la différence entre les 2 types et, ensuite, choisir l'outil le plus adapté à  votre usage.

 

Ainsi, cette technique est un formidable outil d'aide à l'apprentissage pour les étudiants. Quand on découvre cette technique, je vous conseille de développer vos usages petit à petit. Commencez d'abord par l'utiliser vous-même comme prise de notes, ou comme projection de votre cours puis, faites de petites variantes pour aller jusqu'à demander aux étudiants de réaliser leurs propres cartes. En plus, je ne vous cache pas qu'évaluer une carte faite par quelqu'un d'autre, ce n'est pas facile ! Il est aussi possible d'utiliser plusieurs outils : le papier/crayon, un diaporama, des logiciels dédiés... toute cette palette vous permet de faire évoluer vos pratiques.

N'hésitez pas à commenter cet article pour présenter votre expérience, les choix que vous avez faits, les difficultés rencontrées et les retours de vos étudiants !

Commentaires

Articles relatifs

Echanger pour apprendre en ligne

Echanger pour apprendre en ligne

Le colloque Echanger Pour Apprendre en Ligne...
L’intérêt pédagogique des blogs

L’intérêt pédagogique des blogs

Trois usages pédagogiques des blogs
Modules en ligne sur la santé

Modules en ligne sur la santé

Le GRIEPS a mis en ligne des modules de formation...
Les ressources audiovisuelles comme support de cours

Les ressources audiovisuelles comme support de cours

Le site de l'INA propose des oeuvres...
  • http://carnets.parisdescartes.fr/blog/view/149580/faciliter-lapprentissage-avec-les-methodes-et-outils-de-conceptualisation