CARNETS DESCARTES

Une société à part

Une société à part

La société Québécoise est très accueillante. La plupart des québécois se plient en quatre afin d’aider lorsqu’ils sentent qu’une personne est perdue ou a besoin de quelque chose. De plus, le tutoiement est récurrent : entre étrangers, professeurs et étudiants, vendeur et clients… Cela brise une certaine barrière et crée une proximité. 

Le Québec fait partie des provinces qui ont le taux de criminalité le plus bas au Canada. En effet, ce taux était de 3 387 / 100 000 habitants en 2015 (La Presse). Je confirme qu’on se sent en sécurité peu importe l’heure à laquelle on se promène dans Québec et c'est une sensation très agréable. Ce n'est pas forcément le cas dans Paris par exemple. 

Nombreuses ont été les personnes choquées d'apprendre l'attentat au Centre culturel islamique de Québec. En effet, on connait tous l'ambiance calme réputée du Québec et de tels actes sortent directement de ce à quoi on peut s'attendre ici. C'est triste à dire, mais en France on est presque plus "coutumiers" de ce genre d’événements, même si cela n'enlève en rien l'aspect atroce de ces actes. 

Il s’agit d’une société non seulement accueillante mais également solidaire. Le bénévolat est très répandu ici. Il existe de nombreux organismes, certains sont même spécialisés dans la mise en relation de bénévoles et de personnes qui en ont besoin.  Au Québec, c’est plus de 2,4 millions de bénévoles de plus de 15 ans qui sont actifs annuellement (Le Soleil).

Dans mon cours de journalisme, j’ai entendu parler du journal La Quête. Rédigé par des bénévoles, ce journal est revendu dans Québec par des SDF qui peuvent gagner un peu d’argent. On remarque que chaque profession a son équivalent en bénévolat. Il peut s’agir d’une action : rédiger un article pour La Quête, ou encore de donner son expertise sur un sujet. Il existe également un programme appelé APE qui permet aux élèves de pratiquer du bénévolat qui sera pris en compte comme une activité scolaire.