CARNETS DESCARTES
  • Articles
  • MundiVox
  • Les différences France-Québec dans le domaine de l'enseignement

Les différences France-Québec dans le domaine de l'enseignement

Résultats de recherche d'images pour « pavillon louis-jacques-casault »
Le pavillon Louis-Jacques-Casault, lieu de mes cours et ancienne église


Les différences dans l’enseignement entre le système français et le système québécois sont nombreuses. Venant d’un DUT où il y a beaucoup d’heures de cours, le passage à l’université peut être un choc. En effet, il n’y a que 15 heures de cours par semaine (3 heures par cours, à raison de 5 cours, ce qui peut parfois être long) ; ce qui change complètement de rythme. Pour autant, il ne faut pas croire que tout le reste est du temps libre. Il y a énormément de travail personnel (environ 2 heures de plus, minimum, par cours). Pour quelqu’un comme moi qui aime bien être encadrée, cette grande liberté m’a parfois joué des tours : il peut être compliqué de se mettre au travail. La majeure partie du  travail personnel est constituée de lectures : ceci est un gros changement par rapport à la France. Ici, le professeur donne des lectures qui complètent chacun des  cours. Même si dans la plupart des cas les lectures se font sur internet, il faut prévoir d’acheter des livres qui peuvent être assez chers ; ce qui représente un budget non négligeable.

Les cours sont dispensés soit en amphithéâtre d’environ 200 personnes, également un changement par rapport à l’IUT, soit en classe (de 30 à 60 personnes) ou bien à distance, par internet.

Concernant les examens, il faut principalement en compter deux par matière : un à la mi-session, avant la semaine de lecture, et un autre en fin de session. La plupart du temps, ils se font sous la forme d’un QCM. Il ne faut cependant pas croire que cela est facile, les questions étant souvent des pièges. Des travaux sont également à rendre tout au long de la session (parfois chaque semaine pour certains cours), en groupe ou de manière individuelle.
Il faut avoir 12 de moyenne (soit 60% de réussite) au minimum pour valider une matière. Cela peut paraître élevé, à première vue, mais le système de notation est un peu moins exigeant en France.
Il y a cependant une chose sur laquelle les québécois sont très exigeants : l’orthographe. Il est facile de perdre beaucoup de points pour des fautes de français dans un devoir. Il faut donc faire très attention à la rédaction.

MundiVox

MundiVox

Les blogs des étudiants internationaux. Etrangers, à Paris, ou Parisiens, à l'étranger.

Articles relatifs

Les cours proposés par l'Université Laval

Les cours proposés par l'Université Laval

Description de mes choix de cours pour les deux...
Cours session d'automne

Cours session d'automne

Après vous être correctement installés, l'heure...
L’arrivée au pays du Caribou

L’arrivée au pays du Caribou

Retour sur mes premières impressions et...
Logements

Logements

En résidence, en appartement, en maison, seul ou...
  • http://carnets.parisdescartes.fr/blog/view/340134/les-differences-france-quebec-dans-le-domaine-de-lenseignement