CARNETS DESCARTES

Retour sur ces 8 mois riches en émotions

Même si cette expérience n’est pas encore finie pour moi, je peux déjà commencer à dresser un bilan de cette expérience à l’étranger.

Si je n’avais qu’un mot pour la résumer, je dirai « EXCEPTIONNELLE ». Je n’ai absolument aucun regret et, si c’était à refaire, je le referais sans la moindre hésitation.

 

Je suis « tombée en amour », pour reprendre une expression québécoise, avec ce pays. J’y serais même restée mais il y a, pour moi, deux inconvénients. Premièrement, le Canada est loin de la France et donc de mes amis et de ma famille. Je ne sais pas si j’arriverais à rester loin de mes proches plus longtemps, sachant que je ne pourrai pas revenir souvent. L’autre inconvénient est que l’université est un système scolaire qui ne me correspond pas. En effet, cela offre une trop grande autonomie et liberté, pour moi. Je reviendrai donc peut être dans quelques années, cette fois-ci pour y travailler… qui sait !

Globalement, cette expérience m’a permis de gagner en autonomie, en maturité et en indépendance. Partir à l’étranger pendant un an est enrichissant autant sur le plan personnel que professionnel.

Si j’avais un seul regret, ce serait celui de ne pas avoir tissé de liens forts avec plus de québécois. Comme je l’ai déjà mentionné dans un autre article, il est difficile d’avoir de « vrais » amis québécois.