CARNETS DESCARTES

LES COURS DE LA DEUXIÈME SESSION

Pour ma deuxième session, j’ai voulu me recentrer essentiellement sur la communication.

 Communication et changement d’attitude

 J’ai beaucoup étudier la communication auparavant, mais je n’ai jamais vraiment étudié comment marchait la mémorisation d’un message publicitaire et comment il agit au niveau de notre cerveau. C’est donc avec enthousiasme que j’étudie ce cours.

 Argumentation et communication

 Au cours de ma scolarité, il m’a souvent été reproché le manque d’argumentation dans mes propos. Ayant commencé à améliorer ce point lorsque je me trouvais à Paris Descartes, j’ai voulu continuer ici. Ce cours m’aide énormément à structurer mes idées et mes arguments. Mes propos sont plus clairs et plus ordonnés grâce à ce dernier.

 Économie de la communication

 J’étais plutôt curieuse vis-à-vis de cette matière. Je n’avais pas vraiment d’attente. D’ailleurs j’ai plutôt été surprise. Effectivement, ce cours mêle la communication à l’économie. Possédant seulement quelques bases en économie, j’aspirais à en apprendre davantage et j’ai été servie. Je prends énormément de plaisir à faire ce cours.

 La communication publique et ses pratiques

Ayant été déçue par le cours de relation publique que j’ai reçu lors de la première session, j’espérais vraiment mettre un pied dans les relations publiques en choisissant celui-ci. Il y a beaucoup de travaux personnels et c’est ce que j’aime. Je peux pratiquer les relations publiques (pas complétement mais du moins, je peux comprendre le milieu). Je sais de quoi il s’agit réellement et j’apprends à connaître les différents enjeux.

 Histoire des médias du Québec

Cette matière est un peu en retrait par rapport aux autres. J’ai pris cette matière parce que je suis venue au Québec faire mes études et que pour moi, il était essentiel que j’en apprenne plus sur ma région d’accueil. Je découvre donc, toujours en rapport avec la communication, l’histoire des différents médias qui existe ici, et comment et dans quel contexte s’est développée la relation qui lie les médias aux québécois.