CARNETS DESCARTES

Envolée vers l’inconnu

Le 31 août dernier je prenais l’avion avec Bérénice Durand-Hirtzmann direction le Québec. Alors que je disais au revoir au sol français je ne ressentais qu’excitation et joie, aucun stress et aucune tristesse. J’étais prête, prête à découvrir ce qui m’attendait de l’autre côté de l’Atlantique.

J’avais passé les cinq jours précédant mon vol à préparer ma valise sans vraiment savoir ce qu’il fallait que j’y mette. On m’avait dit qu’en été il faisait vraiment chaud mais en même temps l’hiver était rude. Jamais 46kg de bagages ne m’avait paru si restrictifs. Chargée comme un baudet, j’arrive à l’aéroport – en retard à cause d’embouteillages alors que Bérénice m’attendait – et sans versé une larme je quitte ma famille, mes ami.e.s, mon pays.

Départ

 

Me voilà désormais sur le sol canadien, ce sol que j’ai toujours voulu fouler. Ce sol qui enferme les secrets du sirop d’érable et de la poutine. Ce sol qui est dirigé par Justin Trudeau que j’adorais (jusqu’au Paradise Papers). Ce sol qui abrite des kilomètres et des kilomètres de parcs, forêts et autres espaces verts.  Bref, ce sol qui me faisait rêver était maintenant à mes pieds.

 

Au-dessus des Etats-Unis, le Canada est un pays de presque dix millions kilomètres carrés accueillant trente-six millions d’habitant. Il fait donc presque quinze fois la France pour la moitié de sa population.

Le Québec est une des treize provinces du Canada. Il a une superficie d’un million six cent mille kilomètres carrés hébergeant huit millions de personnes. Les Québécois ont un fort sentiment d’appartenance à leur province, ils nous disent d’ailleurs « Je suis Québécois avant d’être Canadien » et c’est quelque chose que l’on ressent très vite. Depuis que je suis arrivée j’ai très peu entendu parler du reste du Canada et si on me demandais de parler du Canada je répondrais que j’en suis incapable. Par contre, je peux dire énormément de choses à propos du Québec. Le Canada et le Québec sont animés par des logiques différentes. D’ailleurs, chaque province dispose de son propre parlement et de son propre gouvernement en plus des fédéraux.

 

  Château de Frontenac 

Installée depuis trois mois dans la capitale de cette province, je me sens tellement bien dans cette ville qui est vraiment mignonne. En parlant avec un Montréalais, il m’a dit que c’était vraiment le bon adjectif pour décrire la ville de Québec : « mignonne ». Avec ses remparts, ses plaines et ses bas bâtiments, elle est mignonne, contrairement à Montréal qui est une ville vivante avec beaucoup d’endroits où sortir et de grands buildings. Québec est une petite ville, ce qui lui donne son charme. On se sent bien, libre et on a envie de flâner. Ça change de la grandeur et la rapidité de Paris, ça fait du bien.

Rue de Québec

 

Bienvenue sur mon blog, j’espère qu’à travers ce dernier je pourrais vous partager mon amour pour le Québec.

 

À tantôt,

Diane.  

MundiVox

MundiVox

Les blogs des étudiants internationaux. Etrangers, à Paris, ou Parisiens, à l'étranger.

Articles relatifs

Préparation du départ

Préparation du départ

Préparation du départ                Une fois...
Aspect culturel

Aspect culturel

Bien que nous partagions la même langue, la...
Gestion des papiers administratifs avant le départ

Gestion des papiers administratifs avant le départ

 Et oui ! Avant de pouvoir profiter pleinement de...
Le déroulement des cours

Le déroulement des cours

Votre arrivée au Canada et au Québec sera faite...
  • http://carnets.parisdescartes.fr/blog/view/352664/envolee-vers-l%E2%80%99inconnu