CARNETS DESCARTES

Bilan personnel de mon expérience à Chicoutimi

Le grand saut, c'était véritablement la sensation qui planait dans ma tête au moment du départ.

Véritable changement de vie, d'environnement et de relation, mon départ au Canada allait conditionner ma vie, dans le sens où j'allais savoir si j'étais fais pour la vie à l'étranger, ou du moins si j'y étais préparé.

Plein d'enthousiasme des mois avant mon départ, je commençais à ressentir de l'anxiété quand le grand moment approchait, la peur de partir, peut-être, la peur de quitter ses proches, sûrement.

J'avais choisi ce virage et je ne devais plus reculer. Un voyage au Canada avec ma famille pendant l'été m'aiderait sûrement à m'acclimater au pays, et ce fût le cas. J'ai pu découvrir les grandes villes du Canada, mais aussi sa nature indescriptible, l'ambiance joviale qui y régnait, surtout en ces temps de célébration des 150 du Canada.

A mon arrivée à Chicoutimi, la frayeur s'était estompée, je pouvais démarrer mon année sans prise de tête et m'intégrer à mon nouvel environnement.

Et il faut dire que les choses se sont fait naturellement, je n'ai eu aucun mal à prendre mes marques dans cette petite ville, où à force de rencontre, j'ai pu prendre mes habitudes, que ce soit pour aller faire les courses, sortir entre amis, ou terminer toutes les démarches administratives nécessaires. L'esprit de groupe m'a beaucoup aidé à effectuer ces obligations sans prendre de retard.

L'année s'est tout simplement passée à merveille, je n'ai eu aucun problème, que ce soit scolairement où j'ai tout validé au premier semestre (je n'ai pas mes résultats du second), j'ai pu mener une vie d'étudiant très agréable, et j'ai voyagé avec mes amis afin de découvrir le pays où j'habitais.

En revanche, il y a un point qui a été difficile, et l'ai encore jusqu'à la mi-mars, c'est le temps météorologique. Il fût une vraie claque quand fin Octobre nous sommes passés de 25 degrés environ à 10 degrés, puis à 0 et s'écroulant jusqu'à -30 par moment (rarement). Avec une température moyenne d'environ -15/-20 pendant tout l'hiver, notre mental est mis à rude épreuve et le temps peut paraître long quand on ne voit que très peu la journée. J'ai eu par moment des coups de moins bien, où l'envie d'être en France refaisait surface à cause de ces faibles température, ou encore du fait de voir quotidiennement de la neige, encore et encore, qui peut véritablement être difficile à la longue...

Malgré ce point négatif (et pas des moindres), l'expérience de vie à Chicoutimi, et surtout au Canada est à vivre et je le referais si j'en avais la possibilité, à Montréal si possible !

MundiVox

MundiVox

Les blogs des étudiants internationaux. Etrangers, à Paris, ou Parisiens, à l'étranger.

Articles relatifs

Aspect culturel

Aspect culturel

Bien que nous partagions la même langue, la...
Rapport entre les personnes

Rapport entre les personnes

Ici, tout est différent. Les relations...
Gestion des papiers administratifs avant le départ

Gestion des papiers administratifs avant le départ

 Et oui ! Avant de pouvoir profiter pleinement de...
Ma journée type

Ma journée type

A Chicoutimi, le quotidien est différent, le...
  • http://carnets.parisdescartes.fr/blog/view/355736/bilan-personnel-de-mon-experience-a-chicoutimi