CARNETS DESCARTES

Du savoir partagé au faire savoir : utilisation des réseaux sociaux

Internet est pour les chercheurs un outil de travail qui facilite incontestablement l’accès aux données scientifiques et le partage des connaissances. Mais Internet offre aussi aux chercheurs la possibilité de valoriser leurs travaux et de développer leur réputation numérique.
Une enquête récente de la revue Nature auprès de 840 chercheurs indique que la majorité d’entre eux accorde de l’importance à leur e-réputation et utilise les réseaux sociaux de manière active pour entretenir leur image:

  • 40% ont un site web personnel dédié à leurs travaux de recherche ou à ceux de leur équipe,
  • 20% ont, ou ont eu un blog,
  • 60% émettent sur Facebook des commentaires dans leur domaine scientifique ou communiquent sur leurs publications,
  • 74% le font sur Twitter,
  • 50% vérifient les références à leur personne sur Wikipédia (6% jusqu’à 1 fois par jour !)
  • 17% ont déjà publié une contribution dans leur domaine de compétence sur Wikipédia,
  • 9% ont inséré des références à leurs travaux ou ceux de leur équipe sur Wikipédia,
  • 3% ont même publié leur propre biographie sur Wikipédia, ce qui est contraire à l’usage !
  • Enfin, jusqu'à 10% des scientifiques interrogés ont envisagé d'utiliser des services externes pour gérer leur réputation en ligne (Online Reputation Manager).
  • Ceci est à mettre en parallèle avec le fait que 10% se sont plaint que leurs travaux ont parfois été déformés sur Internet. Le Web a la mémoire longue, on le sait !

On peut toutefois objecter que sur les 30000 chercheurs contactés, seulement 840 ont répondu. Il peut donc y avoir un biais de recrutement, seuls les plus concernés ayant participé à l’enquête!

Online image. Nature, 473: 124 (12 May 2011)