CARNETS DESCARTES
  • Articles
  • FSU
  • IDEX : est-ce l'université que nous voulons ?

IDEX : est-ce l'université que nous voulons ?

L'objectif de l'IDEX est d'être « les meilleurs dans la compétition internationale », grâce à un « périmètre d'excellence » (péridex) qui entraînerait tout le PRES dans une grande université unifiée, l'Université Paris Sorbonne Cité (UPSC).

Le péridex est constitué des LabEx, EquipEx, IHU et Cohortes, des équipes financées par l'European Research Coucil (ERC) et des équipes notées A+ par l'AERES. Au total, 2446 chercheurs et enseignants-chercheurs, soit 37%. Ce péridex est censé s'élargir à toutes les équipes qui atteindraient les critères « d'excellence ».

L'UPSC sera organisée en 4 divisions (grands secteurs d'enseignement et de recherche), divisées en départements disciplinaires. Des instituts multidisciplinaires seraient transversaux aux divisions (mais avec des moyens a priori limités : cf p76) .

« L'ambition majeure du projet d'IDEX SPC est de montrer comment transformer la nature et la structure du système français d'enseignement supérieur et de recherche » (p. 54). La transformation est en effet profonde, est-elle pour autant souhaitable ?

 

La démocratie universitaire entre parenthèses pour 4 ans

Construit dans le plus grand secret, validé par les CA sans connaissance du contenu, le projet IDEX enfin dévoilé poursuit sur la lancée a-démocratique : « La gouvernance de l'IDEX sera robuste et resserrée » (p 37)

Pour les 4 ans à venir, la politique des établissements sera en effet définie par les instances de l'IDEX, organes dépourvus de légitimité démocratique.

Se substituant aux CA élus, le « board of directors » (Conseil de direction) (p. 15) :

  • « définit la stratégie de l'université en construction, y compris la création des chaires d'excellence » ;

  • « définit la politique RH pour les postes universitaires » ;

  • définit la structuration de la nouvelle univ ersité.

Sur les 16 membres de ce conseil, seulement 5 seront issus (indirectement) des élections universitaires .

A la place des CS élus, L'academic council, composé de 20 membres nommés (10 internes, 10 extérieurs), met en œuvre cette politique (lancement des appels, sélection des personnes et des projets, définition des profils de poste...)

Le dossier IDEX exprime une vision managériale aux antipodes de l'esprit universitaire. Parmi les risques identifiés (p. 10), la « résistance de la communauté académique au changement » et sa « réticence à accepter une évaluation externe ». La communauté universitaire n'est donc plus actrice de son destin, mais une masse à manager en douceur pour qu'elle accepte une réforme imposée de l'extérieur.

La dérive vers la bureaucratie managériale s'exprime naturellement par la recherche de la certification ISO-9001, prévue pour 2015.

 

La déstructuration de l'université

Le projet structure la future UPSC en divisions, départements et instituts mais ne dit rien des UFR, labos, IFR, IUPD... « L'excellence » sera-t-elle construite en détruisant ces collectifs de travail ?

Les ressources de l'IDEX seront constituées du financement IDEX (1/3), d'apports des établissements (1/3) et de fonds apportés par nos partenaires privés (1/3). 80% de cette somme sera réservée au péridex ; 20% seront accessibles à tous, sur la base d'appels à projets, selon un processus contrôlé par les instances de l'IDEX . En clair, l'IDEX ce ne sont pas seulement des ressources en plus pour le péridex, ce sont aussi des ressources en moins pour les autres.

Une spoliation financière, mais également en termes de RH : « Dans les quatre années qui viennent, 25 % des emplois budgétaires des institutions fondatrices de Sorbonne Paris Cité devront être pourvus à raison (sic) des départs à la retraite ; ce sera 33 % pour la décennie à venir. 20 % des emplois libérés (hors périmètre d'excellence) seront alloués à l'IDEX », soit 200 postes dans les 4 ans à venir.

La « rationalisation » (sic) vaut même pour les associations étudiantes, avec l'institutionnalisation d'un petit nombre d'entre elles (p. 94) et la conception de l'engagement étudiant uniquement sous l'angle du « management de projet ».

 

Les VIP... et les autres

Que ce soit pour les enseignants-chercheurs ou pour les étudiants, les concepteurs de l'IDEX aiment qu'il y ait une première et une seconde classes.

Le futur mercato des chercheurs :

  • 20 chaires d'excellence lancées en 4 ans, financées notamment par des partenariats public-privé ;

  • des recrutements d'enseignants-chercheurs en CDD et CDI, avec négociation individuelle du salaire et des parts enseignement/recherche/administration (on prévoit même une « unité de négociation RH ») ;

  • « revoir les salaires des chercheurs et des enseignants-chercheurs » (p. 103) ;

  • 80 « contrats d'excellence » (20% des contrats de l'USPC) pour certains doctorants de haut niveau ou sur des sujets stratégiques, avec 3500 € pour la mobilité.

De séduisants « collèges oxfordiens » sont prévus, avec une approche humaniste de l'enseignement (spécialisation progressive, 3e année à l'étranger ), des services (bibliothèque, tutorat, logement)... pour 3200 des 120 000 étudiants ! Qui seront les heureux élus ?

L'IDEX promet un effort sur le logement étudiant, mais en rompant avec la priorisation sociale : dans la logique de « l'excellence », les logements seront désormais attribués à « plusieurs centaines d'étudiants à haut potentiel ».

 

Vers la marchandisation de l'enseignement

Le projet d'IDEX développe une conception de l'enseignement supérieur plus proche d'une subordination à la sphère économique que de l'idéal humaniste :

L'enseignement supérieur est désormais conçu non plus comme un droit, mais comme un marché :

  • l'objectif est d'avoir une offre éducative « compétitive à l'échelle internationale » (p. 17) ;

  • la sélection des étudiants à l'entrée est explicitement prévue : « SPC essaiera de convaincre le gouvernement de l'autoriser à réguler le nombre d'étudiants s'inscrivant en première année, de telle sorte que le flux entrant corresponde à la capacité d'enseignement. » (p. 78)

Les enseignements dispensés doivent naturellement être directement vendables sur le marché du travail, grâce à l'objectif de 50% de « compétences professionnelles » dans les enseignements (p. 13).

Pour garantir la parfaite adéquation avec les besoins des entreprises, celles-ci prennent une place prépondérante dans la gestion de l'université. « Les entreprises ont été associées à l'IDEX dès sa conception et ont apporté, de façon décisive, un soutien au projet de transformation qui mènera à la création de l'Université Sorbonne Paris Cité. Elles participent à la gouvernance de l'IDEX, à son financement et au contrôle du bon usage des ressources recueillies pour le financement des projets et leviers d'action présentés dans la candidature soumise au jury. » (p. 36) :

  • 3 des 7 sièges du comité d'audit occupés par des entreprises ;

  • chaires co-financées par les industriels ;

  • financement par les entreprises d'équipement, de bâtiments, de rénovations, de bourses, d'aides au logement, de mobilité internationale... sans contrepartie ?

 

Ce que l'on pourrait garder de l'IDEX

  • parcours bi- ou tri-disciplinaires en L

  • collégiums médical et technologique pour mutualiser ce qui peut l'être

  • "foundation course" en L1 (à condition de préciser ce que c'est)

  • bureau de placement des étudiants

  • élimination des doublons en master

  • masters conjoints avec des universités étrangères

  • accès élargi au PCEM2

  • bi-cursus médecine+

  • recrutement en IUT assurant la diversité sociale

  • formation continue accrue (rentrées financières, mais avec quels moyens humains ?)

  • incubateurs de jeunes entreprises renforcés via SATT (objectif : 6000 étudiants impliqués et soutenus d'ici 2014 )

 

Commentaires

FSU

FSU

La Féderation Syndicale Unitaire (FSU) à l'université Paris Descartes

Articles relatifs

CR de mandat du Comité Technique du 16 octobre 2012

CR de mandat du Comité Technique du 16 octobre 2012

Ordre du jour : Convention IDEX Prime...
CR de mandat du Comité Technique du 18 septembre 2012

CR de mandat du Comité Technique du 18 septembre 2012

A l'ordre du jour : Convention IDEX Questions...
CR de mandat du Comité Technique du 15 novembre 2012

CR de mandat du Comité Technique du 15 novembre 2012

A l'ordre du jour : prime d’excellence...
CR de mandat du Comité Technique du 10 mai 2012

CR de mandat du Comité Technique du 10 mai 2012

A l'ordre du jour : Approbation du...
  • http://carnets.parisdescartes.fr/blog/view/86739/idex%C2%A0-est-ce-luniversite-que-nous-voulons%C2%A0