CARNETS DESCARTES

Mon hacker, ce héros

http://www.liberation.fr/futurs/2016/10/17/mon-hacker-ce-heros_1521906

«Je voulais sauver le monde…» A la fin de la première saison de Mr. Robot, la phrase est glissée dans un souffle par son principal protagoniste, Elliot Alderson. Succès de l’été 2015 sur USA Network, en diffusion française jusqu’à ce lundi soir (1), la série de Sam Esmail a emballé, par ses qualités narratives et visuelles, une critique pas dupe pour autant de sa tendance à accumuler les références filmiques,

. Elle a également fait date dans la représentation du hacking à l’écran : affaire de crédibilité technique (les consultants ont vraiment bien fait le job), mais aussi de propos. Certes, Mr. Robot pousse à l’extrême le cliché du hacker de cinéma : génie du code et phobique social, Elliot cache sous son (inévitable) hoodie des identités multiples qui vont bien au-delà des personae en ligne. Mais la série en déplace les contours et fait de son héros au regard halluciné un représentant archétypal du «hacktivisme». Autrement dit, l’usage de la technologie à des fins militantes. Un masque en écho à Anonymous, des scènes de manif qui convoquent Occupy et le printemps arabe : le combat d’Elliot contre la tentaculaire multinationale E Corp (Google + Walmart + Bank of America), c’est la marge contre le centre, l’agilité contre la puissance, les multitudes contre le «1%» – David contre Goliath 2.0.

Yann Sallou

Ingénieur informatique / Chef de projet Réseau social collaboratif
  • http://carnets.parisdescartes.fr/bookmarks/view/333369/.elgg-nav-collapse