CARNETS DESCARTES

Actualité du groupe

  • Jules Romains, visionnaire, nous l'enseignait dès 1923. Cette semaine, l'Association Médicale Américaine (AMA) a décidé de ranger l'obésité, qui concerne plus de 30% des nord-américains, au rang des maladies, tout comme...
    Commentaires
    • Régis Deloche 07/07/2013

      J’invite les lecteurs de ce blog qui sont intéressés par les aspects économiques des problèmes de self control (alcool, tabac, sucreries) à visiter les sites de Gilles Saint Paul http://idei.fr/vitae.php?i=52 http://gillessaintpaul.wordpress.com/2013/07/03/curfew/ et à lire Liberté et société post-utilitariste, http://idei.fr/doc/wp/2012/wp_idei_745.pdfet The Tyranny of Utility, Behavorial Social Science and the Rise of Paternalism http://books.google.fr/books?id=j_uwY6O0AxsC&printsec=frontcover&dq=tyranny+of+utility&hl=fr&sa=X&ei=O4fZUYL-DITLhAfw2ICICw&redir_esc=y.

      Selon Deirdre McCloskey, Gilles Saint-Paul “alerts us to the greatest threat to liberty since communism – our good will, our paternal-maternal desire to prevent anyone, anywhere from exercising their free will mistakenly.”

      Je remercie Kouroch Vafai pour m’avoir fait découvrir ces références.

      Voici un extrait de Liberté et société post-utilitariste :

      « La régulation gouvernementale du comportement privé est de plus en plus acceptée. Le maire de New York a récemment proposé d’interdire la vente de sodas de grande taille dans le cadre d’une croisade contre la « crise » de l’obésité. Dans les médias français, cette information a été présentée sans même un soupçon de critique. Un « expert » fut interviewé, et nous expliqua que cette politique était une bonne idée, car elle pourrait fonctionner. Personne ne se soucia des libertés constitutionnellement protégées, ou ne demanda pourquoi un maire pouvait transgresser de telles libertés à sa discrétion.

      Il existe d’innombrables exemples de telles réglementations. De nouvelles sont introduites tous les jours. Elles sont invariablement soutenues par une étude montrant que la mesure proposée aura un effet désirable sur un indicateur statistique clé. Aucune autre question n’est posée, en particulier des questions telles que :

      • Pourquoi l’obésité est-elle une « crise » ?

      • Pourquoi les sodas (qui sont en vente depuis plus d’un siècle) sont-ils responsables de l’obésité d’aujourd’hui, plutôt que les obèses eux-mêmes ?

      • Pourquoi le travail du gouvernement consisterait-il à lutter contre l’obésité, en particulier en mettant en place des mesures coercitives qui contraignent tout le monde, que l’on soit obèse ou non ?

      La pensée libérale traditionnelle, de Locke à Mill, donne des réponses simples à ces questions. Il n’y a aucune raison de s’opposer à l’obésité, tant qu’elle résulte de choix personnels conscients. Que certaines personnes désapprouvent n’est pas une justification de l’intervention du gouvernement qui enfreindrait les droits naturels des individus. Et, finalement, les individus en surpoids peuvent seulement blâmer leurs propres choix passés pour les conséquences négatives qu’ils engendrent, plutôt que la disponibilité de sodas et de sucreries qu’ils auraient pu choisir de ne pas consommer.

      La montée sans opposition de politiques paternalistes, telles que la proposition du maire de New York, suggère que nous vivons maintenant dans un paradigme différent de celui des libéraux traditionnels. [...]

      Nos sociétés reposent de plus en plus sur la prévention plutôt que sur la sanction. L’accent mis sur la prévention ouvre en retour la porte à l’atteinte illimitée du gouvernement aux libertés individuelles. Dans la société libérale traditionnelle, seules les actions qui nuisent directement à d’autres personnes, telles que le meurtre, la violence et le vol, sont censées être pénalisées. Dans la société post-utilitariste, où les gens sont considérés comme incapables de self-control, toute action qui peut déclencher une chaîne d’événements dont les conséquences finales sont nuisibles peut être légitimement interdite. […]

      Au fur et à mesure que de nouvelles mesures sont introduites, et pour la même raison, nous voyons de plus en plus de réticence à laisser les individus supporter les conséquences de leurs propres choix. Ceci explique pourquoi nous observons […] des traitements médicaux gratuits pour les maladies causées par certains modes de vie couplés à des taxes sur le tabac, des prix minimaux pour l’alcool en Ecosse et au Danemark, des taxes sur les aliments contenant des graisses saturées ; l’accès gratuit à la méthadone et aux seringues pour les toxicomanes, alors que la consommation de drogue est illégale pour les non-toxicomanes.

      Remplacer la répression par la prévention implique néanmoins une contradiction. Pour faire respecter la prévention, le gouvernement doit faire passer de nouvelles lois qui rendent illégales des actions qui ne l’étaient pas auparavant. Mais, pour faire respecter ces lois, il doit mettre en place des sanctions à l’encontre de ceux qui les enfreignent. Ainsi, nous ne pouvons pas nous passer de la répression. Mais si la loi préventive est adoptée au motif que la répression ne fonctionne pas, comment cette loi peut-elle être exécutée ? La réponse à cette contradiction est d’appliquer de manière sélective les outils répressifs aux seuls individus et organisations responsables. […] C’est le phénomène de transfert de responsabilité.

      En un sens, le transfert de responsabilité est un nouveau socialisme de la rationalité. Comme dans une société marxiste où la société donne à chacun selon ses besoins et demande à chacun selon ses capacités, dans un monde où le transfert de responsabilité est omniprésent, ceux que l’on peut considérer comme rationnels portent le poids de la responsabilité. Les incitations et les sanctions ne s’appliquent qu’à eux, alors que les autres sont traités comme étant moralement et légalement mineurs… Et, comme dans une société marxiste où il n’y a pas d’incitation à créer de la richesse, il en résulte des effets pervers. Les individus peuvent volontairement se mettre dans des situations où ils sont exemptés de responsabilité individuelle, alors que les individus responsables peuvent s’abstenir d’interagir avec la caste irresponsable. »

  • Lorsque la santé publique plagie la série TV "Fais pas ci, Fais pas ça", elle n'égale pas son humour. Mais lorsqu'elle nous propose...
  • La ronde des virus grippaux ne s'arrêtera donc jamais ? Après les craintes et la mobilisation internationale contre le risque...
  • Faut-il proposer le dépistage systématique de la dépression en médecine générale ? La US Preventive Service Task Force, tout comme la Canadian...
  • Une nouvelle souche bactérienne de méningite est en train d'émerger à New York, et les cas semblent se multiplier depuis quelques mois dans la communauté homosexuelle masculine...
  • Maryse Levacher Clergeot a commenté 'article L'année des MOOCs 13/05/2013
    La désertion des amphis et l'avenir des MOOCs?    
  • Antoine Flahault a publié un article Le Grand Soir des Vapoteurs 07/05/2013
    Il était probablement impossible, il y a seulement quelques années d'imaginer raisonnablement l'interdiction pure et simple du tabac, même si certains...
  • Maryse Levacher Clergeot a commenté 'article La graisse en tic-tac 29/04/2013
    Cash for weight loss ? Un nombre croissant d'entreprises américaines offrent à leurs employés des incitations financières pour rester en bonne santé. En vertu de l'Affordable Care Act les employeurs seront...
  • Antoine Flahault a publié un article La graisse en tic-tac 28/04/2013
    Vous en reprendrez bien pour une trentaine de minutes ? Bientôt, peut-être verrons-nous les cartes des restaurants...
    Commentaires
    • Maryse Levacher Clergeot 29/04/2013

      Cash for weight loss ?

      Un nombre croissant d'entreprises américaines offrent à leurs employés des incitations financières pour rester en bonne santé. En vertu de l'Affordable Care Act les employeurs seront bientôt en mesure d'offrir encore plus d'incitations financières pour pousser les comportements de vie sains parmi leurs effectifs, comme cesser de fumer et perdre du poids.
      Cette mesure incitative a été évaluée dans des essais cliniques!

      Individual-Versus Group-Based Financial Incentives for Weight Loss. Annals of Internal Medicine, 2013;158:505-514.

  • On connaissait depuis longtemps, depuis l'époque héroïque des cartes perforées, les QCM corrigés par ordinateur après lecture optique, mais on attendait impatiemment de pouvoir corriger des copies plus élaborées, des dissertations notamment. Le...
Blog d'Antoine Flahault (VF)

Blog d'Antoine Flahault (VF)

Blog d'Antoine Flahault, professeur de santé publique à la Faculté de Médecine Descartes, Sorbonne Paris Cité, d'accès public libre
  • http://carnets.parisdescartes.fr/groups/activity/132411?offset=20